Les pleurotes après 2 semaines ..

Le mycélium s’est encore plus développé. Il recouvre de plus en plus de brins de paille.

pleurotes J16 - 1

Dans une semaine, quand ce sera plus avancé. Je mettrai le sac dans un endroit plus frais – entre 8°C et 15°C

 

pleurotes J16 - 2

Advertisements

Les pleurotes .. après 1 semaine

Le mycélium s’est bien développé. On le voit sur les photos, il a démarré sa course à partir des grains de céréales qui ont été inoculés en laboratoire.

pleurotes J-8 - 1

Et ici, en-dessous, en plus gros plan . Je trouve que c’est bien parti ..pleurotes J-8 - 2

Culture de champignons

A première vue ce n’est pas l’objectif de ce blog, mais j’ai envie de présenter un article sur l’essai de culture de pleurotes qui a démarré hier, dans mon salon ..

 

En lisant des articles et des livres sur les relations que les arbres entretiennent avec l’extérieur, je vois souvent des informations sur les mycorhizes, cette association entre un arbre (ou une plante, un légume) et un champignon. Cela m’a donné l’envie d’investiguer un petit peu …

J’ai atterri sur le site de mycobois ( http://www.mycobois.be/ ) . Apparemment une start-up liée à l’Université de Gand. Il proposent à la vente toute une série de souches de champignons pour inoculer des bûches et de la paille, mais surtout un petit ouvrage qui explique très clairement comment s’y prendre, photos à l’appui. Il est vendu 8€ (2016) ce qui n’est vraiment pas exagéré pour la qualité du contenu.

 

Il y a une semaine, j’ai donc passé commande pour une souche de pleurotes afin d’ensemencer de la paille.

Voilà, c’est le début de l’expérience

pleurotes J-0

En gros, la paille est pasteurisée, dans une casserole avec de l’eau à 75 °C pendant quelques minutes. On la laisse refroidir à environ 30 °C. Après elle est mise en couche d’environ 2cm, et entre les couches on répand un peu de blanc (souche pure du champignon).

Le sac est fermé. On fait des incisions verticales de 3cm sur toute la surface du sac et on le met dans un local à 18-22°C pendant 3 semaines. A ce moment le mycélium s’est étendu à toute la paille. Dans les jours qui suivent, les champignons grandissent, à l’extérieur du sac.

 

Affaire à suivre …

Marcottage du noisetier

Nous avons planté des noisetiers de 5 variétés différentes : Fertile de Nottingham, Louis Berger, Lombardie, Géant de Halle, Webb’s Prize Cob.

Cette année nous allons essayer de marcotter le noisetier. En général il est difficile à multiplier par bouture de manière classique, donc on utilise la technique du marcottage. Deux solutions : soit on couche une tige sur le sol en l’enterrant légèrement (avec une pierre dessus pour qu’elle reste au sol), soit on fait une marcotte aérienne (la tige est entourée de terreau et est dans le soir). Sur le site greffer.net http://www.greffer.net/discussion/viewtopic.php?f=9&t=3427 une personne explique comment elle fait des boutures de noisetier. Dix exemplaires sont à l’essai. Ils ont été plantés fin novembre. A suivre.

En parallèle nous essayons la marcottage aérien. En général c’est plutôt fastidieux car il faut utiliser un sachet plastique pour entourer la branche, l’attacher, remplir de terreau, fermer le sachet maintenir humide. Le tout se défait durant la saison. Enfin ce n’est pas toujours fort pratique.

Donc notre objectif est d’utiliser une méthode plus facile : une petite bouteille en plastique.

Marcottage noisetier 1 (Copier) 2

En premier lieu, on choisit une branche jeune avec des yeux dans le bas. Sur la photo ci-dessus ils sont entourés. Les racines devraient partir de là.

Marcottage noisetier 2 (Copier)

Puis on enfile la bouteille (avec le fond coupé vers le haut) au maximum vers le bas. Les yeux repérés seront situés dans le volume de la bouteille

Marcottage noisetier 3 (Copier)

Après il reste à remplir la bouteille de terreau. On tasse avec une branche dans le fond pour que le terreau ne sorte pas par le goulot.

L’avantage : quand les racines apparaissent, on les voit. Donc on peut couper la branche sous la bouteille. Le tout sort de la bouteille par le fond coupé, les racines ne sont pas abîmées, la bouteille peut être réutilisée.

J’ai déjà testé cette méthode avec une ronce (Rubus), ça fonctionne bien. Les racines sont très visibles dès qu’elles touchent le bord de la bouteille. Donc pas besoin d’aller vérifier en démontant tout le système.

L’avantage avec le noisetier : la bouteille tient toute seule car le rameau est rigide. Avec un rubus il faut utiliser des ficelles pour maintenir  bouteille verticale.

Si vous essayez, n’hésitez pas à me transmettre les résultats…

Achat d’un terrain agricole

Cette année, nous avons eu la chance de pouvoir acheter un terrain agricole, une prairie. La superficie est de presque 2 hectares.

En octobre, nous avons commencé par creuser des baissières. Etant donné que le terrain est vallonné, ces ‘rigoles’ vont permettre de capter les eaux de pluies qui ruissellent. Ces eaux vont s’infiltrer dans le sol et recharger le sol et en fin de compte la nappe phréatique.

CIMG2974 (Copier)

CIMG2963 (Copier)

 

 

 

 

 

 

En plus, on évite le lessivage trop important du sol fertile (qui est situé en surface).

Les buttes formées ne sont pas spécialement des buttes de permaculture mais plutôt le résultat du creusement des baissières. Bien entendu elles seront plantées. Certaines avec des groseillers, cassis, aronias, d’autres avec du trèfle et des légumes.

En tout nous avons creusé un peu plus de 500 m de baissières à la mini-pelle. Il a fallu une demi-journée pour mettre les points de niveau au niveau laser et une demi-journée pour creuser. Comme nous avions l’engin on en a profité pour creuser 4 mares, petites mais profondes (1 m au max)

 

 

 

 

Caragana arboresens – bis

Fin mai, voici deux photos de caraganier

CaraganierCaragana arborecens - goussesLa pousse entre 2014 est comprise entre 1 mètre et 1.5 mètre, selon la branche.

Cette année, depuis le début de la saison, la pousse a au moins 20cm.

L’arbuste pousse plus vite qu’il ne se fortifie. Donc le tronc, qui était vertical en mars, est maintenant oblique. Peut-être qu’il faudra couper pour qu’il ne se couche pas au sol.

Cette année, des centaines de fleurs ont fait le bonheur des insectes butineurs. Les gousses sont déjà en formation. Des semences seront en premier lieu semées pour produire d’autres arbustes. D’autres seront données et finalement le reste ira aux poules. Peut-être que je gouterai. J’ai lu qu’on peut les préparer comme les lentilles.

Le printemps s’installe

Depuis plusieurs jours, le printemps s’installe. Les feuilles commencent à montrer le bout de leur nez.

C’est la première fois que je remarque qu’il y a deux futures pousses sur chaque oeil. Ce n’est pas le cas sur toute la plante, ça dépend de la branche. A vérifier au fil du temps.

CIMG2802 CIMG2799

En automne, ce sera le moment de multiplier les ronces (Rubus) par marcottage. Par expérience, c’est le mois de septembre qui convient le mieux .